Échappée Belle 2018, une édition pleine de surprises !

La 6ème édition de L’Échappée Belle s’est achevée sous le soleil dimanche 2 septembre dans le parc du château d’Aiguebelle. La technicité de la course et l’accueil chaleureux des bénévoles, de cette traversée de Belledonne, ont une nouvelle fois séduit tous les participants, malgré une météo qui a un peu bouleversé le parcours et le programme.

80% de finishers ont passé la ligne d’arrivée à Aiguebelle sur l’un des 3 parcours : 144 km au départ de Vizille, 85 km du Pleynet ou 57 km d’Allevard. Un taux de finishers bien au-dessus des autres éditions. Les modifications de parcours liées aux conditions météo ont raccourci légèrement le tracé, avec 1 500 m de dénivelé en moins, le rendant un peu plus roulant mais largement aussi difficile. Les coureurs n’ont pas démérité affrontant le froid, des rafales de vent et même la neige à 2 300 m.

Christophe Anselmo remporte l’Échappée Belle Dynafit 2018 en 24h13’30

Christophe Anselmo a été le premier à franchir la ligne d’arrivée à Aiguebelle samedi 1er septembre à 6h15 après 24h13min30s de course, devançant Sébastien Raichon (2e en 24h58’48) puis Jérémy Lavy et Marian Priadka (3e ex aequo en 25h41’42). Sa troisième participation aura été la bonne. Après avoir tenté l’aventure en 2014 et 2015, Christophe Anselmo s’impose sur cette édition 2018 et réalise ainsi un « beau rêve » comme il l’a confié à son arrivée. Après un peu plus de 24 heures sur les sentiers de Belledonne, le lyonnais, a surgi sous l’arche d’arrivée, presque à la surprise générale. Sa course n’avait pourtant pas débuté sous les meilleurs auspices, après s’être égaré, il pointait au-delà de la centième place au plateau de l’Arselle. « J’ai cru à cet instant que j’avais perdu toute chance de jouer les premiers rôles. Sur le coup de l’énervement, j’ai tout de même fourni l’effort pour tenter de revenir. Je pensais me brûler les ailes, mais finalement les jambes ont tenu le coup ».  C’est dans la nuit que le coureur a pris la tête de la course pour ne plus la quitter, devançant même les prévisions du suivi live de plus d’un quart d’heure.

Chez les femmes, Sandrine Béranger termine la course en 28h19’44 et se classe 11e au scratch, devant Gladys Jaussaud (30h34’36) et la tchèque Petra Muckova (32h02’06). En tête dès le départ, la marraine de l’épreuve, déjà victorieuse en 2013 lors de la première édition, renouvelle son exploit à bonne distance de ses concurrentes.  « J’aurai sans doute oublié demain, mais c’était très dur. Heureusement, j’ai été portée par la chaleur et la bonne humeur des bénévoles omniprésents sur le parcours ».

Du côté des duo, Jean-François Brazeau et Jean-Baptiste Melin bouclent les 144km en 32h41’00.

Arnaud Chartrain s’impose largement sur la Traversée nord

C’est dans une ambiance embrumée que se sont élancés les 500 coureurs du 85km le samedi à 6h. 10h50’28 plus tard, c’est Arnaud Chartrain qui s’impose largement, suivi des deux amis, Quentin Bailly et Jeremy Guilloteau arrivés main dans la main après 11h44′ de course. Chez les filles Géraldine Prost termine première et boucle la Traversée nord en 12h55’41 devant la réunionnaise Gilberte Libel (13h22’08) et Laurie Atzeni arrivée très fraîche après 14h11’23 de course sur ce format qui lui convient parfaitement.


Arnaud Chartrain, vainqueur du 85km en 10h50’28 (Photo : Thomas Vigliano)

Un niveau très relevé sur le nouveau Parcours des crêtes Ekosport

Après un beau départ en musique du cœur de la station thermale d’Allevard, les 500 coureurs engagés sur le Parcours des crêtes sont partis à l’assaut de la montagne avec une montée de 1 238 m sur 10 km. Les coureurs de tête sont partis très fort, ralliant le Super Collet en seulement 1h. Sebastien Gaumer et Yohan Peisson ont pointé ensemble à ce premier ravito, suivi de seulement quelques minutes par Hugo Calame et Marc Tamanini. Sebastien Gaumer a ensuite gardé la tête de la course jusqu’à l’arrivée, bouclant les 57km en 06h44’36. Joris Botton, parrain de cette édition 2018, habitué de la course termine 7e. Revenu d’un long voyage à vélo, la course a été difficile pour lui mais heureux de sonner à nouveau la cloche à Aiguebelle, il déclare « c’était une nouvelle fois un grand plaisir de parcourir les sentiers de Belledonne ».
Chez les filles, Gaëlle Decorse, championne de France espoir, vainqueur de l’éco trail de Paris, une des futures élites de demain, s’impose haut la main avec 20 minutes d’avance. L’allemande Anna Clipet, 3e l’an passé, termine 2e en 09h10’37 quelques minutes devant Olivia Bouzon (09h13’09).

Avec cette nouvelle montée, déclarée comme « intéressante d’un point de vue sportif » par les coureurs, le nouveau Parcours des crêtes a rencontré son public.


Sebastien Gaumer, vainqueur du 57km en 6h44’36 (Photo : Thomas Vigliano)

Toujours « plus belle » malgré une météo capricieuse

Cette édition 2018 de L’Échappée Belle a une saveur toute particulière. Les paysages tant réputés de Belledonne ne se sont découverts que très rarement, faisant évoluer les coureurs dans une ambiance fantomatique, quelques éclaircies offrant des trouées féeriques sur les montagnes. Les trailers n’ont pas pu admirer tous les lacs, ni passer par le mythique col Morétan mais l’ambiance de la course a une nouvelle fois séduit l’ensemble des participants. « Sur les crêtes, au-dessus des nuages, il y avait une ambiance sublime… Des ultras on n’en fait pas beaucoup, tant qu’à en choisir un, il faut en choisir un beau, et celui-là il était au top ! » déclare Sébastien Raichon, 2e du parcours intégral. 

Il ajoute ensuite « ce qui est frappant c’est tous ces bénévoles sur le parcours. Il y a tous ces pointeurs qui ont la banane, on s’arrêterait bien boire un coup avec eux ou se mettre au coin du feu ! On sent qu’il y a un esprit de famille. » Une solidarité et un engagement qui ont permis à cette édition d’être un véritable succès malgré une météo compliquée. Les trailers auront pu courir presque l’intégralité du parcours grâce à l’efficacité des bénévoles qui ont balisé et débalisé des sections importantes du parcours durant tout le week-end. D’autres bénévoles seront restés sous la pluie et dans le froid notamment pour permettre le passage sur la crête des Férices.

Dépassement de soi et aventure humaine auront une nouvelle fois été au rendez-vous sur L’Échappée Belle, tant pour les coureurs que pour les bénévoles !


Au dessus des nuages… (Photo : Matthieu Rieux)

Photos : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1994550423917899&type=1&l=693272c444

La remise des prix du Challenge UMNT, qui regroupe 9 trails français de caractère, a eu lieu samedi 18 novembre 2017 à St-Jean-du-Bruel (Aveyron)

Fabrice D’Aletto s’impose chez les hommes pour cette deuxième édition du challenge

6e lors de la première édition de l’Ultra Mountain National Tour en 2016, Fabrice D’Aletto termine premier devant le précédent vainqueur Renaud Rouanet avec deux victoires sur la 6666 et les 100 miles Sud de France, ainsi qu’une belle 2e​ place sur l’Ultra du Pas du Diable.
« Le challenge UMNT regroupe 9 très belles épreuves à travers nos montagnes. J’aime découvrir de nouveaux espaces et j’avais envie de me mesurer aux autres coureurs. L’UMNT est, à ma connaissance, le seul challenge « ultra » qui existe en France. C’est donc une excellente façon de combiner découverte et compétition.
Cette année j’ai couru l’Ultra ​du Pas du diable, la 6666 et le 100 miles 
Sud de France. Sur l’Ultra du Pas du Diable, le parcours est superbe, varié et relativement « souple ». C’est un très bon ultra de début de saison, relativement roulant. L’organisation, conviviale mais rigoureuse, est aux petits soins pour les coureurs. La 6666 est remarquable par la technicité de son parcours. Le Caroux est très exigeant en cette période et voir l’arrivée est déjà un vrai exploit ! C’est un ultra de référence !
Le 100 miles Sud de France est un concept original puisqu’il permet de relier la station de Font Romeu à la mer. Le parcours est agréable et relativement roulant. Les vues vers la mer sont incroyables à chaque sommet et l’accueil des bénévoles est remarquable, y compris pour les accompagnateurs.
L’an dernier j’avais couru l’Ultra Trail di Corsica, dans le cadre idyllique de l’île de beauté qui mérite bien son nom ainsi que l’Échappée Belle qui est un vrai ultra de haute montagne et sans doute le plus exigeant de tous. L’an prochain, et pour continuer à découvrir nos massifs, je pense faire l’ultra tour du Beaufortain et peut être l’Infernal​ trail des Vosges…»

Renaud Rouanet prend la seconde place, en terminant 3e sur l’Ultra du Pas du Diable et sur l’Ultra Trail di Corsica, et en partageant la victoire sur le Grand Raid 6666 avec Fabrice. Auteur également d’une belle victoire sur l’UT4M et 9e de la Diagonale des Fous, il savoure sa place de dauphin. Sébastien Bousquet complète ce podium avec une belle 3e place. 7e en 2016, il réalise une très belle ascension dans le classement en terminant 4e de l’Ultra du Pas du Diable, 3e de la 6666 et 5e de l’Ultra Trail di Corsica.

Céline Lascours, première féminine, succède à la réunionnaise Gilberte Libel

Céline Lascours l’emporte largement, seule à boucler 3 épreuves, avec une seconde place aux 100 Miles Sud de France et une 4e place sur l’Ultra du Pas du Diable et sur le Grand Raid 6666.
« Au départ, j’étais uniquement inscrite à l’Ultra du Pas du Diable et, à l’arrivée, j’ai découvert que cette course faisait partie d’un challenge. La récupération ayant été très rapide et l’idée d’un challenge me plaisant bien, j’ai décidé de m’inscrire à la 6666 puis aux 100 miles Sud de France. Les courses sont belles, les paysages somptueux et les organisations rodées. Venant de l’alpinisme, je recherche le côté montagne et la technicité que l’on retrouve dans l’UMNT. J’ai toujours grimpé dans les vallées et massifs de ces 3 courses (Jonte, Dourbie, Caroux, Pyrénées), j’étais curieuse de découvrir tous les sentiers de ces régions.
J’ai été subjuguée par l’Ultra du Pas du Diable, une météo exceptionnelle et un décor à couper le souffle. Pour la 6666, ce fut plus compliqué car, n’ayant aucune assistance, la base de vie était un peu loin et la chaleur m’a bien attaqué​e​. Un parcours bien technique où j’ai retrouvé les sentiers d’accès typiquement « carousien » des voies d’escalade ! Le 100 miles
​ Sud de France étaient pour moi un défi car j’avais déjà fait les 120km il y a 2 ans et j’avais terminé les 40 derniers km en marchant (ce qui ne s’est pas produit cette année !). C’est une très belle course avec une grande variété de paysages ; l’idée de rallier la montagne à la mer est super, l’arrivée n’en est que plus magique.
L’an prochain, je souhaiterais courir L’Échappée Belle, l’ultra trail du Beaufortain et la Réunion. »

Sylviane Dumond se hisse à la seconde place, avec deux épreuves à son actif, 2e de l’Ultra du Pas du Diable et 3e de l’Ultra Tour du Beaufortain. Cindy Ryckelynck termine 3e en bouclant à la 9e place l’Ultra du Pas du Diable et l’Ultra di Corsica.


Une deuxième édition riche de découvertes et de rencontres

Cette année, 1 900 trailers ont passé la ligne d’arrivée d’une des 9 courses du challenge : l’Ultra du Pas du Diable, Les Aventuriers du Bout de la Drôme, la 6666, l’Ultra Trail di Corsica, l’Ultra Tour du Beaufortain, l’Échappée Belle, l’Infernal Trail des Vosges, le 100 miles Sud de France et le Trail de Bourbon. 9 ultras de caractère, au profil montagnard partageant les mêmes valeurs :

  • Le dépassement de soi sur des épreuves d’au moins 100km et 6 000m positifs.
  • La mise en avant de notre territoire avec des parcours sauvages dans des environnements exceptionnels et préservés.
  • Le partage et l’échange autour d’une même passion, l’essentiel étant de vivre l’aventure ensemble.

Des Vosges aux Pyrénées, en passant par les Alpes et le Massif Central, puis en plongeant sur la Corse et à la Réunion, les coureurs ont pu découvrir des terrains variés dans une ambiance conviviale.
« L’idée, au-delà d’offrir aux trailers l’occasion d’un classement de référence national d’ultra, est d’inciter au voyage, de pousser à la découverte de nouveaux terrains de jeu. Sur l’Ultra Mountain National Tour, la fête est belle, nous prenons le temps d’échanger, et chacun, à son niveau, peut satisfaire son goût du défi.» Antoine Guillon, organisateur du challenge.

 

CLASSEMENT UMNT 2017

Les 5 premières femmes :

  • LASCOURS Céline 1718 pts
  • DUMOND Sylviane 1117 pts
  • RYCKELYNCK Cindy 1102 pts
  • GOURS Sylvie 1013 pts
  • RIBOTE Gislaine 868 pts

Les 10 premiers hommes :

  • D’ALETTO Fabrice 1787 pts
  • ROUANET Renaud 1748 pts
  • BOUSQUET Sébastien 1555 pts
  • GIRAUDET DE BOUDEMANGE Benoît 1477 pts
  • GAILLARD Pascal 1407 pts
  • BOTTON Joris 1394 pts
  • PHEZ Jérémy 1358 pts
  • LUCAS Jérôme 1248 pts
  • LONGEARET Sébastien 1208 pts
  • MENGIN Vincent 1187 pts

> Classement complet sur : www.umnt.org

 

Superbe 4ème édition pour le Grand Trail du Lac. Maxime Grenot, explose le record et boucle les 75km en 7h37.

Météo changeante et rapidité de la course ont marqué cette édition 2017. Soleil, pluie et neige se sont alternés toute la journée ce qui n’a pas empêché aux premiers du 75km de battre des records de vitesse sur cette épreuve.

310 coureurs solo et 40 relayeurs se sont élancés ce matin sur le Grand Trail du Lac 75km. Après un départ à la lueur des frontales du Bourget-du-Lac, suivi de 10km d’échauffements le long du lac, les concurrents se sont élevés vers le massif de La Chambotte et son magnifique point de vue sur le lac. Le lever du jour a accueilli les premiers sur les crêtes de Cessens. Les coureurs ont ensuite mis le cap sur la raide bascule vers le port de Châtillon avant de retrouver le canal de Savière et le charmant village médiéval de Chanaz. C’est là que les 300 concurrents engagés sur le 34km ont rejoint ceux du grand parcours. Après une montée vers le sympathique ravitaillement d’Ontex, les attendait le col du Chat suivi de la tant redoutée ascension du Molard Noir et le Relais de l’Aigle, points hauts du tracé. La neige et la grêle ont surpris les coureurs à la Dent du chat, rendant le sol glissant et les conditions plus difficiles, notamment dans la technique descente menant au Bourget-du-Lac.

Le premier relais a passé la ligne d’arrivée en 7h27. Cette équipe de collègues, plus habitués du vélo que du trail, a créé la surprise en explosant le record de plus de 17 minutes. « Nous partions dans l’inconnu, nous avons géré notre effort. De bonnes sensations pour cette course sympathique et conviviale » déclare Clément dernier relayeur de l’équipe. Du côté des solos, la course a été très vite. Les 3 premiers ont fait toute la course en tête. Ils explosent le record de l’an passé détenu par le raideur Sylvain Montagny. Le coureur de l’ASPTT Annecy, Maxime Grenot, passe la ligne d’arrivée en 7h37, devant Jérémie Marin en 7h54 et Clément Durance en 7h57. Chez les féminines, la locale de l’étape Suzanna Château gagnante de l’édition 2017, garde son titre et termine en 10h08 sur ce « terrain qui lui correspond bien » et sur lequel elle a l’habitude de s’entraîner.

Sur le 35km,Thomas Delom en tête sur tout le parcours, avec toujours un peu plus d’avance, passe la ligne victorieux en 3h30, suivi de Thibault Jean (3h36) et Romain Uvenard (3h40). Chez les femmes c’est Marine Gachet qui remporte l’épreuve en 4h08, suivie de Romane Sorine (4h50) et Gwendoline Lecoanet (4h54).

Cette année encore, et ceci malgré une météo capricieuse, le parcours a été plébiscité par tous. « C’est un parcours magnifique et roulant avec des paysages fabuleux et des bénévoles souriants aux petits soins » déclarent les concurrents sur la ligne d’arrivée. Les 90 bénévoles qui n’ont pas démérité en affrontant parfois des conditions très difficiles pour assurer le ravitaillement des coureurs comme au Relais de l’Aigle, restant sous la neige pendant plus de 7 heures.

De très nombreux accompagnants sont venus encourager leurs poulains ce dimanche. La course attire de plus en plus, elle a affiché complet 2 mois avant et a désormais besoin du soutien d’autres associations ou de clubs pour pouvoir accueillir tous les participants qui souhaitent réaliser le tour du lac.

Les premières images de la course : https://youtu.be/h218AaffOC0

Résultats complets : http://live.l-chrono.com/raceevent/grand-trail-du-lac-2017/

Photos en pièce jointe. Crédit photo : Thomas Vigliano

Pour voir plus de photos : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1709230802443542.1073741829.243982775635026&type=1&l=feb1279259

Quelques chiffres de cette édition 2017

  • 745 inscrits sur les 3 courses (complet)
  • 5% de coureurs étrangers
  • 12 pays
  • 59 départements français
  • Point haut : 1493m
  • Point bas : 231m
  • 7 ravitaillments
  • 90 bénévoles

Pour en savoir plus : www.grandtraildulac.com

L’Échappée Belle 2017, une 5ème édition placée sous le signe de l’émotion

Du vendredi 25 au dimanche 27 août, 1700 coureurs de 30 nationalités différentes ont pris le départ de l’un des 3 parcours de L’Échappée Belle. Soleil, solidarité, dépassement de soi, suspens et émotions étaient au rendez-vous de cette magnifique édition.

La 5ème édition de L’Échappée Belle s’est achevée dimanche midi dans le parc du château d’Aiguebelle pour les quelques 65% de finishers qui ont passé la ligne d’arrivée sur l’un des 3 parcours. La beauté du tracé et l’ambiance chaleureuse, presque familiale, de cette traversée de Belledonne ont une nouvelle fois séduit tous les participants. Les prétendants à la victoire étaient nombreux. Ils se sont livré une belle bataille pour nous offrir un magnifique podium.

> Découvrir le communiqué dans son intégralité : www.lechappeebelledonne.com/fr/lechappee-belle-une-5eme-edition-placee-sous-le-signe-de-lemotion/

4ème édition du Grand Trail du lac : 75 km / 3 600 mD+ & 34 km / 2 050 mD+ autour du lac du Bourget le dimanche 22 octobre 2017

Les inscriptions pour la 4ème édition du Grand Trail du Lac sont ouvertes ! 3 parcours au choix autour du célèbre lac savoyard : 75 km en solo ou en relais par 4 ou 34 km de tracé montagnard serpentant entre bords du lac du Bourget, massif de la Chambotte et Mont du Chat. 
Le Grand Trail du Lac, successeur de la Grande Course du Lac, aura lieu pour sa 4ème édition le dimanche 22 octobre. Au programme, deux parcours à l’esprit résolument trail qui ont fait le succès des précédentes éditions : le tour du lac complet au départ du Bourget-du-Lac et la demi-boucle au départ du village de Chanaz, surnommé la petite Venise savoyarde. Deux tracés exigeants, magnifiques et variés, autour du plus grand lac naturel de France, faisant la part belle aux singles et sentiers, avec juste ce qu’il faut de bitume pour s’échauffer ou récupérer. Un savant mélange entre lac et montagnes, avec des passages en crêtes, aériens, raides, bucoliques ou encore roulants et des panoramas imprenables sur les massifs environnants, le Mont Blanc et le Lac du Bourget. Une course où sport, plaisir et convivialité se conjuguent toujours à merveille. Bénévoles chaleureux, ravitos bien garnis et public enthousiaste attendent les coureurs tout au long du tracé. Une réputation qui a permis à la dernière édition d’afficher complet sur ses deux distances avec 750 inscrits au total.
3 formules au choix :
  • 34 km & 2 050 m de D+ en solo de Chanaz au Bourget du Lac. Départ 10h de Chanaz. Tarif : 30€. 300 places.
  • 75 km & 3 600 m de D+ en solo : Le tour du lac complet ! Départ à la frontale à 5h du Bourget-du-Lac. Tarif : 67€. 500 places.
  • 75 km & 3 600 m de D+ en relais par 4. Tarif : 100€ par équipe. 25 équipes de relayeurs.
    • Relais 1, Le Bourget du Lac – Belvédère de la Chambotte, 22,4 km / 870 m+ : un début de course nocturne sur 10km de plats bitumés puis trois bosses successives de 200, 350 et 260 m+ sur sentiers.
    • Relais 2, Belvédère de la Chambotte – Chanaz, 18,5 km / 700 m+ : une montée raide de 5 km avec 360m+ vers les crêtes de Cessens suivie d’une descente vers le bord du lac et un quasi replat pour souffler avant la jolie bosse menant au village médévial de Chanaz.
    • Relais 3, Chanaz – Col du Chat, 19 km / 1 050 m+ : un terrain bien vallonné, peu technique, entrecoupé d’une montée de 300 m+ vers Ontex, avant de finir son aventure au Col du Chat.
    • Relais 4, Col du Chat – Le Bourget-du-Lac, 14 km / 880 m+ : un terrain technique avec la terrible ascension (5 km/850m+) vers le Molard Noir et le Relais de l’Aigle, points hauts du tracé, en passant par le pied de la fameuse Dent du Chat, puis l’ultime longue descente, raide et technique (6km/1200m+) vers l’arrivée.
800 dossards disponibles. Les places sont limitées pour chaque course afin de garantir sécurité et convivialité.
Majoration des tarifs au 1er octobre.
Inscriptions jusqu’au 14 octobre sur www.grandtraildulac.com